TOUR DU MONDE EN SAC À DOS, À DEUX

BEHIND THE KEYBOARD

1000km à vélo : De Nantes à San Sebastian par la Vélodyssée


Et BIM, un petit confinement V2, un peu de temps pour terminer un article démarré en septembre, çà tombe pas mal non (NON !!!! Mais on va faire avec et rester positifs ^^).

On vous raconte ici notre aventure Vélodyssée fin aout, avec plusieurs mois de retard donc...


Le projet Singapour étant tombé à l'eau, comme on vous l'expliquait dans cet article, on a quand même décidé de se prendre des vacances cet été... pour pédaler ! On voulait découvrir une partie de la France qu'on ne connaissait pas trop, pouvoir se baigner, et trouver un itinéraire "facile" à suivre et à pédaler (des voies cyclables quoi !).


On a donc opté pour une partie de la Vélodyssée, la plus longue véloroute aménagée de France, de plus de 1200km. Elle part de Roscoff et longe tout le littoral jusqu'à Hendaye !

Pour nous, l'itinéraire aura été un peu plus court : de Nantes à Hendaye, puis San Sebastian en Espagne, pas très loin de la frontière française.


De Grenoble à Nantes en train


Premier objectif, traverser la France avec nos vélos pour atteindre Nantes ! Pour cet aller, on a choisi le train, qui n'est pas si vélo-friendly que çà. Pour info :

- TER : autorisent les vélos non démontés sans réservation

- Intercité : autorisent les vélos non démontés avec réservation + supplément tarifaire de 10€. Pour autant les vélos sont entassés dans le couloir vers les toilettes...

- TGV : autorisent uniquement les vélos démontés et dans une sacoche adaptée


Du coup, nous, on a fait Grenoble > Lyon en TER puis Lyon > Nantes en Intercité, ce qui fait qu'on a passé la journée dans le train ! On était bien content d'arriver à Nantes, accueillis chez des copains Gege et Marion pour la soirée ( mercii <3 )

Super cadrage à l'arrivée à Nantes

Jour 1: Nantes > La Plaine sur Mer

Le lendemain, c'est parti, et sous la pluie ! On est bien équipé et motivé, et puis au bout de quelques km le soleil est de retour !

Pour cette première journée, on empreinte la Loire à vélo, et la Vél'Océan. Tout est toujours bien indiqué, c'est agréable de se fier aux panneaux et de ne pas avoir besoin de GPS.


Le soir, on est trop heureux de faire notre premier bivouac en pleine nature, face à la mer.

C'est à ce moment là qu'on a rencontré Brigitte et Marie-Christine, avec qui on a pu discuter pendant une averse à l'abri sur notre campement ! On aura l'occasion de faire plus connaissance le lendemain matin, Brigitte qui vit à Pornic sur le chemin nous a invité à prendre le café :)


Bac pour traverser la Loire
Bivouac près de Pornic


Jour 2 : La Plaine sur Mer > Saint Hilaire de Riez

Après un petit dej (et même une douche) chez Brigitte, on est en forme pour attaquer notre deuxième journée direction la Vendée.

On découvre les petits villages de la côte, puis les marais. On a la chance d'arriver à marée basse pour pouvoir traverser par le passage du Gois direction l'Ile de Noirmoutier.


Le soir, on décide de dormir en camping pour pouvoir profiter d'une télé et mater la finale de la Champion's League (snif).

Sur le pont de Noirmoutier


Jour 3 : Sait Hilaire de Riez > La Faute sur Mer

Bien reposés, on est paré pour une nouvelle journée ! Nouveau record de km en un jour, on dépasse les 100km, sans difficulté : c'est plat, bien indiqué. Il fait beau, on commence à avoir la marque (sexy) du cycliste.


On décide de s'arrêter à la Faute sur Mer pour se baigner, manger et finalement passer la nuit.

Le spot bivouac est superbe, on se sent seul au monde !

Encore un coucher de soleil à couper le souffle, avec vue sur l'Ile de Ré, notre objectif du lendemain.


La Faute sur Mer
Bivouac de rêve


Jour 4 : La Faute sur Mer > Sainte Marie de Ré

Elue la plue dure journée du trip !

Un fort vent de face du début à la fin qui nous empêche d'avancer, des paysages assez monotones, de looongues lignes droites dans les marais, des canaux, une route souvent très abîmée...

Pas tip top ! On est heureux de passer le pont de l'Ile de Ré (obligés de pédaler dans la descente !!) car la pluie arrive !


On s'arrête à Sainte Marie de Ré et vu la météo, on opte pour le camping. Après un verre au bar avec un couple de belges rencontrés au camping, on se mange la meilleure pizza poulet de notre vie à l'Emporter, on apprécie le coucher de soleil de dingue et on se couche, rincés !


Les champs de Tournesols
Longue lignes droites et vent de face
Les Marais
L'Ie de Ré
Coucher de soleil sur Sainte Marie de Ré


Jour 5 : Sainte Marie de Ré > Marennes Plage

Une belle surprise nous attend pour démarrer la journée ! On est invité à prendre le petit déjeuner chez Tanguy et sa petite famille, un ami d'école qui se trouve par hasard également sur l'ile de Ré ( mercii <3 ) ! De quoi nous donner toute l'énergie dont on a besoin pour faire un max de km !


Après un petit tour dans la Rochelle pour fêter nos 400km,

on pédale direction Rochefort pour admirer l'Hermione et boire un café. On a certainement le vent dans le dos car on avance vraiment bien !

On s'arrête à Marenne Plage pour bivouaquer. On ajoute un énième coucher de soleil sur l'océan à notre collection, face à l'Ile d'Oléron cette fois.


La Rochelle
Rochefort
Bivouac face à l'Île d'Oléron


Jour 6 : Marennes Plage > Le Pin Sec


Objectif Gironde ! On a l'impression au réveil qu'aujourd'hui va être un gros changement dans le trip, qu'on arrivera dans le sud avec le passage du bac de Royan.


La traversée du bac de Royan est agréable et rapide, et on la passe à discuter avec deux autres voyageurs à vélo. Lui a pris 3 années sabbatiques (pas mal hein ^^), il était parti direction l'Asie fin janvier, et s'est fait rapatrier en France en mars alors qu'il était en Croatie. Elle, avait pour projet de faire une année entière à vélo en Islande pour un projet vidéo... annulé également. Du coup, ils pédalent en France, sans vraiment de destination finale, juste pour profiter de la vie avec ce stress omniprésent de ne pas aller "trop loin" car à tout moment un reconfinement tombe (pas bête hein, avec le recul...). On se dit qu'on a bien fait d'annuler notre Tour du monde, car on sent bien que dans tous nos projets, nous, on a besoin d 'un but, d'une finalité, d'une destination, qui nous fait aller de l'avant, qui nous motive. Et pédaler pour pédaler, ce n'est pas notre truc.


Arrivée en Gironde, çà y est, on découvre de longues lignes droites entre forêts de Pins et océan. C'est beau, çà sent bon ! Le soir on s'arrête par hasard au Pin Sec qui s'avère être une destination Surf populaire chez les Allemands et Hollandais. Il n'y a rien à part un camping "festival" blindé, ou çà sent la fête... Finalement le vent et la pluie font que tout le monde sera couché au tombé du soleil, et ce n'est pas pour nous déplaire !



Belle voie cyclable à travers les forêts et les dunes
Coucher de soleil au Pin Sec



Jour 7 : Le Pin Sec > Le Teich


La journée était belle... jusqu'à ce qu'on ait un accrochage.... ensemble !

Fab a pilé devant moi, je lui ai rentré dedans, nous ne saurons jamais à qui la faute mais le résultat est là : l'accroche d'une des sacoches arrière a été coupée nette ! Impossible de l


a faire tenir sur le côté... Du coup, Fab a du prendre une de mes sacoches pour la remplacer, et caler celle cassée sur le raque arrière entre les deux sacoches... Pas tip top, il a beaucoup trop de poids sur la roue arrière (moi je suis toute légère par contre...).

On a repéré un magasin Cyclable sur la route pour acheter la pièce cassée, mais c'est à Bayonne, donc dans 3 étapes (après notre pause surf). En espérant que notre combine tienne d'ici là !


Dans la journée, on reçoit un appel d'une amie de longue date, Lulu, qui nous propose de nous héberger ce soir sur le bassin d'Arcachon ! Super nouvelle qui nous motive pour le reste de la journée ! Apéro, douche, nettoyage vélo, bon dodo : une soirée au top chez Jérôme et Lulu ( <3 DFB 4 ever).

Avant l'accrochage...


Jour 8 : Le Teich > Parentis en Born

Après une bonne nuit de sommeil et un petit dej royal, on est de nouveau en selle !

Pas pour bien longtemps, environ 20minutes. Même pas arrivés à Arcachon, première crevaison du voyage ! Après 700km, on est plutôt content, les pneus tiennent bien, malgré le poids supplémentaire à l'arrière du vélo de Fab qui ne doit pas aider.


La pluie arrive lorsque nous sommes à la dune du Pyla, pile lorsqu'on a prévu de manger et qu'on vient de trouver un abri. On repart sous la grisaille mais on est bien équipé, et çà fera du bien à nos coups de soleil.


Le soleil revient mais cette journée a décidé de bien nous embêter... Deuxième crevaison pour Fab ! Heureusement qu'on a des chambres à air de secours ! On essaie d'alléger au max le poids sur la roue arrière, mais çà ne suffit pas : après 1h de route, une nouvelle crevaison ! On décide de s'arrêter à Biscarosse Plage pour boire un café et surtout acheter de nouvelles chambres à air car à raison de 3 crevaisons en 3h... çà risque de compliquer la suite de notre voyage ! On a beau bien inspecter le pneu, il n'y a rien dedans ! Le sol est humide et fait remonter des petits cailloux, l'arrière est chargé... Mais quand même, ce n'est pas normal ! Fab manque de faire une syncope quand c'est à mon tour de crever en repartant de Biscarosse... La poisse ! On est donc en stress constant de crever, et on se demande quand cette journée va terminer ! On n'a pas fait beaucoup de km donc on pousse un peu jusqu'à Biscarosse Lac. Finalement on décide de s'arrêter au bord du lac pour passer la nuit. On passe faire des courses pour se préparer un bon apéro... quand on découvre une cinquième crevaison (la deuxième pour moi !).

C'en est trop, je pédale à plat jusqu'au spot bivouac, on changera la chambre à air demain, au calme !!

On profite du lac pour se baigner, le spot est top, le coucher de soleil superbe ! Demain est un autre jour :)


Coucher de soleil sur le lac de Biscarosse

Jour 9 : Parentis en Born > Moliets Plage

Bon, inspection matinale des pneus ! Nous avons chacun un minuscule petit trou dans notre pneu arrière. Fab échange celui à l'arrière bien usé avec celui de l'avant. De mon côté, on pense que çà devrait aller.


On aimerait faire un max de km aujourd'hui pour rattraper un peu le retard d'hier. Ca roule bien. On arrive en fin d'aprem à Moliets Plage. L'endroit est assez huppé et fréquenté, on cherche donc un spot tranquille entre forêt, dunes et plage. On a encore le droit à un coucher de soleil de folie pour terminer cette belle journée !


C'est notre dernier bivouac avant la pause surf. Demain, on arrivera à Seignosse où nous attendent les copains pour quelques jours. Retour à la vie en appart et en communauté.




Break Surf à Seignosse (3 jours)

C'est parti pour 3 jours de repos et surf à Seignosse. On profite de l'océan, des copains, d'un appart... Cette pause de 3 jours nous fait du bien, même si on garde notre objectif San Seb en tête !


Brice de Nice
Les surfeurs


Jour 10 : Seignosse > San Sebastian


C'est repartiiii ! On a la patate pour terminer notre Bike trip AUJOURD'HUI !


Après un petit stop à Bayonne pour réparer notre sacoche cassée, on profite au max des Landes. On nous avait prévenu, cette étape n'est pas la plus facile. Ca monte et çà descend jusqu'à Hendaye, au dénivelé s'ajoutent des portions sans pistes cyclables en bord de nationales.

En revanche, c'est peut être la plus belle étape ! Des bords de côtes sublimes, un peu sauvage, des petits villages typiques... On adore !


Petit moment de satisfaction à notre arrivée à Hendaye, et quand on traverse le pont pour Irun. On est en ESPAGNE ! Le kiff ne dure qu'un temps car rapidement pour la première fois du trip, on se perd... Les voies cyclables espagnoles n'ont rien à voir avec celles Françaises. Bon déjà, faut trouver les panneaux, et en plus elles te font passer sur la voie d'arrêt d'urgence de l'autoroute sans aucune pitié ! En pleine grosse chaleur, on ne fait pas trop nos malins !

Mais l'arrivée est proche alors on sert les dents !

Et bim, "comme çà", on se retrouve face à la plage de San Seb, avec 1000km au compteur !

Bonheur intense, fierté, on est trop heureux de terminer notre trip, d'avoir fait notre plus grosse journée (110km) et surtout nos 1000km !


La Côte Basque
Vue Drone du littoral près de Hendaye
Sympa la voie cyclable sur la voie d'arrêt d'urgence en Espagne

Nantes - San Sebastian - 1000km


Break chill à San Sebastian


On a réservé une petite auberge dans la vieille ville de San Seb pour y passer 2 nuits. On a donc une belle journée entière pour se balader.

Il fait plus de 40 degrés et le masque est OBLIGATOIRE. La police est PARTOUT. L'ambiance est donc assez... bizarre, un peu tendue, et on suffoque !

Après un petit dej sur la Concha, on se balade dans les petites ruelles de la Vieille Ville, on mange des Pintxos (tapas), on chill ! On fini la journée au Mont Urgull histoire d'avoir une vue sur toute la baie et faire voler un peu le drone. La ville est superbe, mais l'ambiance COVID est pesante.


Petit dej avec vue
San Sebastian depuis le Mont Urgull
Coucher de Soleil à San Seb


Retour à Biarritz puis Grenoble : the END !


Dernier jour de vacances, notre vol est le lendemain, dimanche.

On a pas le courage de faire la route en sens inverse en vélo, on prend donc l'Euska Tren jusqu'à Hendaye puis le TER jusqu'à Biarritz.


Dans le train on découvre que nos vélos n'ont pas été acceptés sur notre vol Air France de demain,

alors qu'ils ont bien été ajouté par téléphone 48h avant.

On essaie donc de nouveau de joindre un conseiller Air France pour avoir des explications (30 min minimum d'attente à chaque fois...), ou plutôt qu'il nous dise "qu'il ne sait pas"... On décide donc à notre arrivée à Biarritz d'aller à l'aéroport directement pour choper de l'information. Bien sur, il n'y a aucun conseiller, mais heureusement des téléphone fixe avec des lignes directes. Après plusieurs échanges houleux, on a enfin la confirmation que nos vélos seront acceptés ! OUF !


On passe l'aprem à Biarritz à se baigner, et la nuit au camping municipal.


Pour finir ces vacances, on retrouve Johanna et JB, des copains d'école installés à Bayonne, pour notre dernier petit resto dans le sud ouest (des bisous les copains !) !


Puis c'est direction l'aéroport pour le retour.

On était un peu stressé de démonter nos vélos mais finalement çà a été super rapide et facile.

Les cartons sont vendus 11,50€ sur place et sont suffisamment gros pour n'avoir qu'à tourner le guidon et enlever la selle. On avait récupéré quelques chutes de papier et cartons dans des poubelles pour pouvoir protéger les parties sensibles de nos montures. Finalement le plus compliqué a été de passer la sécurité de l'aéroport car l'agent ne voulait pas que nous emportions en cabine les sardines de la tente au fin fond de la sacoche (première fois que cela nous arrive !).


Arrivés à Lyon en avance, on a couru pour attraper le Blablabus pour Grenoble. On a eu les dernières places dans le bus, et aucun problème pour mettre les vélos en soute vu qu'ils étaient en carton !


Mise en carton des vélos à l'aéroport (Fab a fait tout le travail, je n'ai fait que coller le scotch) ^^

Bilan de ces 10 jours de Vélodyssée


C'était de la bombe bébé ! (haha surtout quand on sait que le re-confinement est là, qu'on est coincé à 1km/1h...)


En quelques chiffres :

- 10 jours de vélo

- 1000km

- 5 jours de bivouac

- 3 jours de camping

- 1 nuit en canap

- 5 crevaisons


C'était donc notre premier "long" trip à vélo (les autres plus courts sont ici), et on est convaincu que ce type de voyage nous correspond !

On adore le rythme du vélo, pouvoir apprécier les couleurs, les odeurs, les paysages, la nature, le vent, le dénivelé...

Le trajet, faire la route, devient une activité en soi et c'est top. On prend vraiment conscience des régions qu'on traverse, et de la beauté de la nature.

Comme pour nos sorties en montagne ou bivouac, on aime être autonome, s'arrêter quand on veut, manger où on veut... Cette sensation de liberté !

On est motivé par l'itinérance, avoir un but chaque jour, avancer, on aime aller de l'avant ! L'effort physique est gratifiant aussi, on a envie de se surpasser, de chaque jour en faire un peu plus.


Donc la Vélodyssée, c'était tout ce qu'on recherchait.

Le trajet était facile, super bien indiqué. On a eu majoritairement de belles voies cyclables, avec parfois des passages où on était bien content d'avoir des gravels.

De Nantes à San Seb, les paysages sont quand même variés, le littoral est sublime.


On a fait des bivouacs de folie, on se levait et couchait avec le soleil. On a eu une super météo, on a pu profiter au max de la nature, avec toujours le confort pas loin si besoin. On a fait de belles rencontres mais surtout on a eu l'occasion de revoir plein de copains et ce n'était pas du tout prévu !


Vous l'aurez compris, on a été conquis, et on vous recommande sans aucune hésitation ce trip !



Bon, çà donne bien envie de reprendre la route tout çà !

Mais ce n'est pas pour tout de suite, alors, d'ici là,

prenez soin de vous, vous nous manquez ! <3




TOUR DU MONDE A VELO

BEHIND THE KEYBOARD