TOUR DU MONDE EN SAC À DOS, À DEUX

BEHIND THE KEYBOARD

Objectif Ushuaia : traverser l’Argentine du Nord au Sud sur la célèbre Ruta 40 - Partie 1


Après 3 jours de trek et d’alpinisme au Huayna Potosi (6088m) en Bolivie,

puis un bus de nuit, nous sommes en Argentine !

Et c’est fou comment l’ambiance peut changer en passant une frontière, d’un pays à un autre !

Les visages changent, les accents changent, la monnaie change !

On vous raconte notre première partie du périple "Objectif Ushuaia" en Argentine !

La Quiaca – Salta : la chance du débutant !

375km en stop

On débute le stop à la sortie de la ville frontière La Quiaca, et c’est Sergio, dixit Roca, un chauffeur de poids lourd qui nous embarque dans son camion, pour plus de 350km, soient 6h de route !

On traverse des paysages sublimes : des déserts, des cactus, des roches rouges ou de plusieurs couleurs, des petites villes type western… Le trajet passe super bien, et on en apprend déjà beaucoup sur les Argentins, leur culture, leur histoire !

Roca nous laisse à l'entrée de Salta. On y a passé quelques jours, histoire de prendre une douche (c’était plus que nécessaire !!!) et profiter de l’ambiance ! Il fait beau il fait chaud, on est dans une belle ville, des arbres fleuris, des terrasses, des bières en terrasse : LE PIED !

On supporte quand même un petit choc culturel : ici tous les gens sont de type « Européens », on ne paraît plus comme des touristes. Tout le monde est bien habillé, classe, on peut payer par carte dans les magasins, des supermarchés avec presque tout ce qu’on veut manger, il y a de l’eau chaude partout, les toilettes sont gratuits et il y a du papier… On est tellement loin de la Bolivie ! On en a profité pour acheter notre premier maté !

Salta – Cachi – Cafayate : le stop touristique !

300km en stop

Il était temps de repartir pour de nouvelles aventures après ces quelques jours de repos. On a de nouveau eu de la chance sur ce coup là ! A la sortie de la ville, Léo et Nico, deux jeunes de Buenos Aires nous en pris en stop… Pour toute la journée ! On a fait le tour touristique du coin avec eux, c’était super ! On est passé par Cachi, un village tout mignon, puis traversé tout le désert et les Quebradas jusqu’à Cafayate ! 298km de visite, et une très bonne journée !

Cafayate, c’est une toute petite ville au milieu des vignes. La région est connue comme étant la première viticole d’Argentine ! On a dormi au camping qui était nickel, tous les emplacements étant équipés d’un BBQ, çà promet pour la suite !

Cafayate – San Blas : coincés dans le désert !

350km en stop

Après des expériences stop faciles, on a quitté la ville de Cafayate avec plein d’enthousiasme ! Erreur fatale ! La journée a été longue, mais longue… On a enchainé des petits trajets avec plusieurs personnes, en attendant longtemps entre chaque, en marchant souvent plus de 4 ou 5km…

On a attendu plus de 3h au même croisement, en voyant passer 3 voitures seulement… Finalement, un papy nous a emmené jusqu’au prochain hameau (c’est à dire un 5 maisons le long d’une route), à un arrêt de bus où attendait déjà un couple Chili-Uruguay. On a attendu avec eux une bonne heure et demi jusqu’à ce qu’on décide d’avancer à pied : le peu de voitures qui passent ne prendraient jamais 4 personnes, et comme ils étaient là avant, on avait peu de chance de se faire prendre avant la nuit.

On est donc parti à pied, sur une route droite, au milieu du désert sur plus de 60km. Il s’est aussi mis à pleuvoir. On était au bout du rouleau, on allait planter la tente au bord de la route, quand un camion s’est arrêté ! Je peux vous dire que cette joie était tellement immense !!! Daniel, chauffeur de camion, a fait une sieste là où nous avons poireauté 3h, il nous avait repéré ! On a parcouru avec lui 250km, Choripan (sandwich avec du chorizo au BBQ et de la sauce aux légumes miam !) en bonus pour le dîner ! Il nous a laissé à San Blas vers 23h30, on avait fait assez de chemin pour aujourd’hui, et on était mort de cette journée pleine de rebondissements !

On a dormi dans notre tente dans la pampa pas loin de la route, avec les chiens errants grognant autour de nous : pas rassurant !

Le lendemain, on a démarré le stop pour repartir de nouveau et on a de nouveau vite déchanté ! Nada, personne, pas de voiture, rien… Aïe aïe aïe… C’est aujourd’hui jour de grève nationale, et en plus on est au milieu de nulle part ! On marche un peu dans le « village » et on apprend qu’il y a un super camping pas loin avec piscine, terrain de tennis, cafeteria, wifi… On envisage d’y passer la journée et de prendre un bus qui passe le soir à 20h30 pour la Rioja. Deuxième déception de la journée : le camping est ouvert mais il n’y a rien de rien… A part des bières ! Le gérant nous offrira quand même du fromage et du jambon à picorer. On a patienté tout l’aprem au bord de la rivière jusqu’au soir pour prendre le bus qui… n’est jamais arrivé – et oui, c’est grève ! On a replanté la tente dans la pampa, nouvelle nuit, au même endroit !

Une nouvelle journée à patienter au même endroit, pour enfin finalement prendre un bus en début d’aprem pour La Rioja. On se rend compte qu’on est vraiment au milieu de nulle part, et qu’on n’aurait jamais pu s’en sortir sans prendre de bus !

San Blas – La Rioja – Mendoza : Du bus jusqu’aux vignes

La Rioja, c’est la grosse ville du coin. Nous y sommes restés qu’une seule nuit, l’occasion de tester la célèbre Parilla d’Argentine, le gros BBQ plein de viande. On le méritait bien après nos 3 jours dans le désert… Sauf qu’on a pas trop aimé ! Des morceaux de viandes qui nous paraissent immangeables, des morceaux gras… Rien à voir avec le succulent BBQ qu’on avait fait en Colombie à Villa de Leyva !

Cette fois-ci on ne se fera pas avoir, on décide de prendre un bus directement pour Mendoza : la Côte d’Or de l’Argentine ! On y passera 2 jours. La ville est très cool, mais c’est surtout les alentours qui nous intéressent : la route des vins ! Sur une journée, on s’est rendu en train à la sortie de la ville, à Maipu, pour louer des vélos, faire un tour dans les vignes, et des dégustations bien sûr ! On a fait 4 visites d’exploitation dont une qui produisait également une bière, et une oliveraie.

Une super journée avec le soleil, et du vin (pas toujours à notre goût, mais après 8 mois de voyage on s’en contente très bien !). On a aussi fait une soirée en terrasse de bar avec une Française et 2 Argentins. Notre étape Mendoza était vraiment top !

Mendoza – San Martin : direction le froid !

Après Mendoza, on a décidé qu’on voulait aller plus vite dans le sud, voir des montagnes, en Patagonie ! On a donc pris un bus de nuit puis un bus une journée entière pour arriver à San Martin de Los Andes. Changement de décors : il fait froid, il y a de la neige, du vent, des maisons en bois, des montagnes, du chocolat… On se croirait en Suisse ! On a juste passé une nuit dans un hostel histoire de récupérer du bus et faire des courses pour préparer notre aventure suivante :

San Martin – Villa Angostura – Bariloche : La Patagone, ENFIN !

90km en stop

110km en vélo

On a loué des vélos, et fait 110km en 3 jours sur une route exceptionnelle ! On vous raconte tout dans cet article : Traverser la route des 7 lacs en vélo !

Après ces 3 jours inoubliables, pour faire Villa Angostura – Bariloche, on a été pris en 30 secondes par 2 hommes en voiture de fonction, qui rentraient chez eux. Ils nous ont même déposé en bas de notre hostel : ha que c'est bon le stop quand çà marche !!

Bariloche ou « la petite Suisse des Andes » porte bien son surnom : la ville s’étend le long d’un immense lac, entouré de montagnes. Il y a plusieurs pistes de ski (qui viennent de fermer), tout est très chic (cher). C’est une très jolie ville. On y a passé 3 jours pour bien se reposer.

On a profité de la ville et du lac, on est monté au Cerro Campanario qui offre un point de vue 360degré sur la région… Et on a bien mangé : entre chocolats, glace, pizza maison, bières artisanales et gaufres de malade à la Comuna Suissa !

Après cette étape, on était prêt à refaire de la rando et du camping !

Bariloche – El Bolson : le stop du dimanche et un nouveau volontariat

115km en stop

C’est une famille qui nous a emmené à El Bolson. Elle se rendait au marché artisanal qui a lieu tout les dimanches.

El Bolson, c’est une ville « hippie » au pied de la montagne et au bord du fleuve. C’est vert, c’est beau !

On mangeait au marché quand un mek nous a demandé si on cherchait un camping ou même un petit volontariat. « Pourquoi pas ! »… Et on s’est retrouvé une heure après au camping Le Rustico avec Fabian, hypnotiseur et aussi le gérant, à faire du volontariat dans cet endroit superbe ! Bon, du volontariat bien tranquille, puisqu’on était 7 (avec 2 allemandes et 3 argentins) pour seulement 2 guests et 8 chiens, on a pas beaucoup travaillé !

Ambiance colonie de vacances, on a profité de El Bolson pendant 4 jours, malgré la pluie et le froid. On a fait une petite rando jusqu’à une cascade, on est monté sur les hauteurs… A cause de la neige, nous n’avons pas pu monter au sommet du Piltriquon : pas grave, l'expérience Volontariat était cool, et puis plein d'autres sommets nous attendent !

El Bolson – Esquel : l’échec du stop, la surprise du bus qui mène à une station de ski

30km en stop

Nous n’avions que 60km à faire… Nous n’en avons fait que 30 en stop. Pour la deuxième partie du trajet, la route a de nouveau été déserte… Décidément cette Ruta 40 n’est pas aussi simple que ce qu’on nous avait dit ! Le fait qu’on soit en basse saison joue énormément sur le nombre de voitures !

On est donc arrivé à Esquel en bus. On s’attendait à se trouver dans un petit bled… Pas du tout !

La ville est plutôt grande, et super sympa ! En discutant avec des gens de notre auberge on apprend même qu’il y a une station de ski à la sortie de la ville, que c’est le dernier WE de la saison et qu’il y à un événement au Snow Park pendant les 4 prochains jours ! L’occasion inattendue pour que Fab fasse du snow – et que je prenne le soleil avec un maté en haut des pistes ! La Hoya est une toute petite station mais le Snow Park est top. On a passé une partie de l’après-midi à applaudir les sauts depuis les tremplins. Une superbe journée.

Malheureusement, on a été témoin d’une chute. On a appris le soir même qu’elle aura été fatale à ce jeune de 22 ans. L’événement a été annulé, la station fermée pour les prochains jours... Triste nouvelle, il était donc temps de continuer notre objectif, qui se rapproche de plus en plus !

Esquel – Frontière du Chili – Futaleufu : La journée stop parfaite !

75km en stop

Objectif Chili ! Cette fois, on souhaite passer la frontière pour continuer à descendre la Carretra Austral !

Et comme quoi le stop c’est aussi une question de chance, on a fait tout le trajet en stop sans aucun problème : dans le coffre d’un pick up, avec le gérant d’une exploitation de vin (qui produit du pinot noir tiens !) et avec 3 jeunes en vacances (1 argentin et 2 anglais) qui nous ont conduit sur le chemin de terre sur plus de 20km jusqu’à la frontière, techno à fond dans la voiture !

On a passé la frontière à pied, puis remonté à l’arrière d’un pick up pour faire les 10 premiers km au Chili, jusqu’à Futaleufu.

On a campé au bord de la rivière, fait un petit feu, bu notre dernière bouteille de vin d’Argentine pour fêter notre 12ème pays pendant ce voyage. Une journée parfaite pour démarrer l’aventure Chili sur la Carretera Austral.

Bilan de cette première partie

En 21 Jours, on a parcouru plus de 3000km, en stop, bus, vélo... Et marche à pied, le sac sur le dos !

On adore l'Argentine !

Les gens sont accueillants, et çà fait du bien après les gens des Andes, très ... fermés !

C'est un pays "Européens" dû a son histoire, chaque personne que l'on croise possède un grand père/mère d'Espagne, Italie, Allemagne et même de France. Ce n'est plus marqué sur notre front que nous sommes des touristes, et çà aussi çà fait du bien !

On est heureux de retrouver un pays avec du vins, des bars, du choix question nourriture... Du saucisson et du fromage ! On est fan du maté, des empanadas, et des barres de chocolat Hamlet !

On s'est mis au rock/reggae argentin... On commence même à avoir l'accent "cho me chamo" ("Yo me llamo") d'ici !

On a traversé les paysages chaud et désertiques du nord, la région tempérée du centre qui nous rappelait chez nous, le froid glaciale et la neige... On n'est jamais sur du climat qui nous attend à quelques kms d'ici !

Pour ce qui est du stop, c'est une belle aventure !

On a fait de belles rencontres, avec des personnes de tout âge, de tout milieu social. On en apprend beaucoup sur la culture et les opinions, on a un vrai échange.

Par contre, le fait qu'on soit en basse saison se ressent énormément : moins de touristes = mois de voitures... On a parfois des moments de galère, à marcher, à attendre sur le bord de la route...

Mais il suffit qu'une voiture s'arrête pour que la joie soit de nouveau intense !

Un vrai ascenseur émotionnel cette activité !

Pour cette première partie, l'Argentine nous a régalé !

On la quitte pour quelques jours sur la Carretera Austral au Chili,

avant de revenir dans la Patagonie du Sud, à El Chalten.

L'objectif Ushuaïa continue !

#Argentine #TourDuMonde #Stop #RoadTrip #Camping #Ushuaia

303 vues

TOUR DU MONDE A VELO

BEHIND THE KEYBOARD